! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

Guerre 39-45 propagande “L’Angleterre ennemie de l’Europe”

$45.00 CAD

Feuille propagande antibritannique, par groupe collaborateur français.  

Anti-British propaganda sheet by french collaborationist group.

 L’ANGLETERRE ennemie de l’Europe
  
On lacère une affiche. On ne lacère pas la vérité.
...
L’Angleterre est responsable des ruines qui couvrent l’Europe et du sang versé...
 
...Il faut chatier l’Angleterre...
 
N’attendons pas de MIRACLES. Notre avenir sera ce que nous l’aurons fait.
 
Pierre COSTANTINI commandant aviateur démobilisé Combattant des deux guerres. Blessé. Evadé.
Edition de la LIGUE FRANCAISE ANTI-BRITANNIQUE

 

La Ligue française antibritannique était un groupe collaborationniste financé par les allemands.

Plié en deux. Papier jauni.

27,50 x 23,50 cm

 

27,50 x 23,50 cm

Pli horizontal Papier jauni.

 

Pierre Dominique Costantini ou commandant Costantini, né à Sartène (Corse) le 16 février 1889 et mort le 30 juin 1986, est un militaire, journaliste, écrivain et collaborateur français.

Il combat en tant qu'officier dans l'Aéronautique militaire (plus tard devenue l'Armée de l'air française) durant la Première Guerre mondiale. Il en ressort invalide à cent pour cent. Dans l'entre-deux guerres, il participe à la Croisière Jaune et milite dans les Ligues.

En 1940, il fonde la Ligue française d’épuration, d’entraide sociale et de collaboration européenne, appelée couramment Ligue française, mouvement politique collaborationniste français. Il dirige le journal L'Appel, organe de la Ligue française.

Le 8 juillet 1941, il cofonde avec Jacques Doriot, Jean Boissel, Marcel Déat, Pierre Clementi et Eugène Deloncle la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF).

La naissance de la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (dite Légion des volontaires français ou LVF), connue sous le nom Infanterie régiment 638 par les Allemands, est portée par une galaxie de partis collaborationnistes. La LVF fut reconnue d'utilité publique et Pétain déclara que ses soldats détenaient « une part de notre honneur militaire ».

WIKIPEDIA