! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

CPA photo avec autographe de l’aviateur Morin devant son Blériot @1911

$60.00 CAD

'12. – AVIATION. – L’aviateur Morin et son aeroplane Blériot

Phototypie Labouche Frères, Toulouse

Signé “RMorin” deux fois: sur l’image (haut droit), et sur le dos.

Pli coin droit bas.

 

Roger Morin (1879-1942)

Roger, après avoir passé son certificat d’aptitude à conduire une automobile en 1902, suit un an de formation chez le constructeur automobile De Dion Bouton, mais passionné d’aviation, il devient le mécanicien du pilote André Frey.

Il réalise à Bordeaux un vol de 250 mètres à 10 mètres au-dessus du sol. Il obtient ensuite son brevet de pilote et participe à de nombreux meetings en 1911 dans le sud-ouest.

Ayant acheté un monoplan Blériot, il accepte de venir dans la Drôme, à Montélimar et Dieulefit, les 7, 8 et 9 mai 1911.

www.etudesdromoises.com

Le 27 février 1911 dans le ciel : Le raid aérien Pau – Toulouse de l’aviateur Morin

Histoire de l’aviation – 27 février 1911. En ce 27 février 1911, c’est l’aviateur Roger Morin appartenant à l’école Blériot qui fait l’actualité aéronautique, ce dernier étant l’auteur en ce jour d’un raid aérien de Pau jusqu’à Toulouse, ce qui correspond à un trajet de 196 kilomètres, qu’il est parvenu à couvrir en 1 heure et 40 minutes, soit une vitesse moyenne de 117 kilomètres par heure.

Une belle performance qui va notamment lui permettre de s’attribuer le prix du voyage en aéroplane, mis en place par le journal La Dépêche décerné à l’aviateur volant de Pau à Toulouse d’un coup d’ailes, mais également la médaille d’or de l’Aéro-Club des Pyrénées.

Morin a ainsi pris son envol à 2 h 15 du champ d’aviation du Pont-Long pour rejoindre le Polygone de Toulouse à 3 h 55, via les villes de Tarbes, Lannemezan, Montréjeau, Saint-Gaudens et Muret, à savoir le parcours suivi par le chemin de fer. A noter que son voyage a été quelque peu perturbé, avec au programme des nuages de pluie et des tourbillons qui se sont avérés violents, lors du survol du plateau de Lannemezan.

www.air-journal.fr