! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

1857 lettre Marie-Amélie de Bourbon, épouse du Roi Louis Philippe #2

$160.00 CAD

| /

Après la Révolution de 1848 le roi Louis-Philippe et sa femme Marie-Amélie de Bourbon s'exilent à Claremont en Angleterre. Ici, une lettre écrite de la reine (peut-être à son secrétaire M. Buisson?).

Lettre écrite le 8 novembre 1857. Dans quelques jours, c’est la mort de sa belle-fille Victoire, dont elle en parle dans cette lettre.

Texte, avec écriture un peu difficile à déchiffrer:

Claremont ce 8 9bre 1857.
 
Je vous remercie pour vos lettres du 26 et 30 octobre et 2 nre. J'ai été votre interprète auprès de Nemours et de Victoire, ils me chargent de vous remercier de la part que vous avez prise à notre joie. Victoire va à merveille, et ma petite Blanche est charmante. J'ai été fort contente de voir Julien si bien rétablie, il m'a remis directement les livres que vous lui aviez confiés. Je vous prie de témoigner à Mme P---------- /
que j'ai été bien touchée de sa lettre et que je fais bien des voeux pour son bonheur, le premier pour ------ ---- le rétablissement de son digne père, je voudrais au moins qu'il pû être transporté à Paris où il serait entouré de plus de soins. Je vois avec peine aussi que Mr ---- ----- est toujours souffrant. Je vous inclus aussi plusieurs demandes que j'ai reçues et sur lesquelles j'ai écrit mes notes; et une lettre pour Mr Scribe auquel j'ai demandé dès qu'il aura de l'argent, de vous /
remettre le paiement de ---------- de -------, et de Mme H------ desquels vous demanderez double quittance pour en garder une et m'envoyer l'autre.  Toutes mes santés sont bonnes. J'ai eu un moment d'inquiétude pour la fille de Joinville qui a fait une terrible chute à bord du Vapeur en rade de Livourne, mais par un miracle de la divine Providence, elle n'a eu rien de cassé et seulement une foulure à la main gauche. J'espère qu'il nous arriveront avant la fin du moi. Recevez l'assurance de tous mes sentiments pour vous. A. "

 

'Nemours' = son fils Louis (1814-1896), prince du sang, duc de Nemours; épouse en 1840 Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary (1822-1857)

‘Victoire’ = épouse de son fils Louis, Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary (1822- 1857). Elle est la fille de Ferdinand de Saxe-Cobourg et Gotha et de son épouse la richissime princesse hongroise Antoinette de Koháry. D'une grande beauté, la duchesse de Nemours est la cousine et l’amie intime de la reine Victoria, ce qui facilite l’exil des Orléans en Angleterre après 1848. Elle décède de suites de couches, le 11 novembre 1857, âgée de 34 ans, en Angleterre.

‘Blanche’ = petite fille de la Reine, Blanche d’Orléans (28 octobre 1857-1932), fille de Louis duc de Nemours et de Victorie. Reste toute sa vie célibataire parce que son père refuse de lui permettre d'épouser le lord britannique dont elle est amoureuse.

'fille de Joinville' = petite fille de la Reine, Françoise d'Orléans (1844-1925), fille de son fils François (1818-1900), prince du sang, prince de Joinville; épouse en 1843 Françoise du Brésil, fille de l'empereur Pierre Ier du Brésil (plus tard roi Pierre IV du Portugal) et de sa première épouse, l'archiduchesse Marie-Léopoldine d'Autriche. Françoise épouse en 1863 Robert d'Orléans (1840-1910), duc de Chartres.

4 pages, 3 écrites.

Pli horizontal et vertical.

19 x 12,50 cm. 

 

Marie-Amélie de Bourbon, princesse de Naples et de Sicile, est une princesse sicilienne née à Caserte (Naples) le 26 avril 1782 et morte à Claremont (Royaume-Uni) le 24 mars 1866.

Issue de la branche des Bourbons de Sicile, la princesse Marie-Amélie est membre de la branche aînée des Bourbons. Elle devient, en se mariant en 1809, au premier prince du sang Louis-Philippe II d’Orléans, un membre de la branche cadette. D'abord duchesse d'Orléans, elle devient la seconde reine des Français quand son époux accède au trône des Français en 1830 sous le nom de Louis-Philippe Ier.

Après la révolution de 1848, elle s'exile avec son époux au Royaume-Uni, à Claremont, dans le Surrey, sous le titre de courtoisie de « comtesse de Neuilly ».

WIKIPEDIA