1822 Prince de Hohenlohe, inspection du 3e regiment d'Infanterie de ligne

3e Régiment d'Infanterie de Ligne
Ordres laisses au Corps par le Lieutenant-Général inspecteur Général

 

Félicitations au régiment pour les résultats depuis la dernière inspection et éloge à M. Le Colonel Fantin des Odoards et les autres officiers.


“Ils (les officiers) les (soldats) éclaireront sur leurs véritables devoirs afin de les prémunirs contrent de fausses doctrines…”

Suivi de ses observations sur les différentes catégories d’inspection:

  • Police & Discipline
  • Registres de punition
  • Instruction
  • Tenue
  • Administration Générale
  • Administration des compositions
  • Habillement
  • Grand Équipement
  • Armement
  • Écoles

Pour copie conforme.

Signé par le lieutenant-général inspecteur Général, Louis Prince de Hohenlohe.

Fait à Strasbourg le 16 Septembre 1822

Le 3e régiment participa au combat en Espagne en 1823, notamment à la bataille de Molins-del-Rey le 9 juillet.

4 pages, 24.5 X 37 cm

Pli horizontal, pli vertical moins visible, écriture en crayon à la fin, papier jaunie sur les bords, petites déchirures.

 

Ludwig Aloysius Joachim, prince de Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein, né le (1765-1829) est un général autrichien, puis un maréchal et pair de France.

Après la chute de Napoléon Ier en 1814, il entre au service de la France des Bourbons, et en 1815, il prend le commandement d’un régiment levé par lui-même (le Régiment de Hohenlohe, l’un des régiments dont est issue la Légion étrangère).

Reconnaissant le roi Louis XVIII de France lui offre le Château de Lunéville, prestigieuse résidence où le prince crée une école d'officier de cavalerie. Il est naturalisé français en 1823.

Son régiment tient sa place dans la campagne d’Espagne. En 1827, il est fait maréchal et pair de France.

WIKIPEDIA

Louis-Florimond Fantin des Odoards (1778-1866) est un militaire et mémorialiste français .

Entré au service en 1798, comme sous-lieutenant dans la légion vaudoise ; prit part aux campagnes d’Italie, de Prusse, de Pologne, fut mis à l’ordre du jour de l’armée pour sa brillante conduite à Friedland, puis à la prise de Porto, en Portugal, fit de 1810 à 1811 la guerre d’Espagne et, ensuite la campagne de Russie ; au retour de sa captivité dans les prisons de l’Autriche, fit comme colonel la campagne de France, se battit pendant les Cent-Jours à Fleurus et à Wavre ; licencié au retour des Bourbons, il reprit du service en 1819.

Pendant la guerre d'Espagne (1823), il se conduisit brillamment au combat de Molins del Rey et fut nommé maréchal de camp et gouverneur de Tarragone. Il fut chargé, sous Louis-Philippe, de différents commandements à l'Intérieur.

IL était capitaine à 27 ans, colonel à 35 et général à 45. Chevalier de St Louis, chevalier de l’ordre militaire de St Ferdinand d’Espagne, commandeur de la Légion d’honneur.

WIKIPEDIA

 

‘… il faut citer ici l’allocution que le maréchal Moncey prononça devant le régiment rassemblé à Molins-dcl-Rey:

“Officiers et soldats du 3e de ligne, je vous félicite sur votre brillante conduite dans la journée du 9 juillet. Elle a ajouté à la gloire des armes françaises. Je n’attendais pas moins de votre regiment, que j’avais appris à aimer et à estimer pendant son séjour à mon quartier general. Je rendrai compte au roi et au prince de votre bravoure et de votre dévouement.

Approchez brave colonel Fantin, recevez d’un vieux militaire le baiser de satisfaction qu il voudrait donner à chacun de vos soldats “’

Historique du 3e Regiment d’Infanterie par Bourgue