! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

1818 France confirmation mort d’un soldat à l'hôpital de Dantzig 1813

$75.00 CAD

| /

Document qui confirme qu'Amable Théodore Guyard, soldat au 17e Régiment d’Infanterie Légère, est mort à l’hôpital de Dantzig le 24 février 1813, à l'age de 21 ans.

Ministre de le Guerre – Secrétariat général – Bureau des Lois et Archives – Section de l’Etat civil et militaire
 
...des Registres-matricules déposés...que le Sr. Guyard est inscrit sur celui du 17e régiment d’Inf-ie Légère F-o 466 No. 8792 ainsi qu’il suit: Amable Théodore Guyard fils de Victor Théodore et Jeanne Francoise Lecoin né le 6 mars 1792 à Epernay départment de La Marne. Entré au service le 20 mars 1812 Mort par suite de fièvre maligne à l’hôpital de Dantzig le vingt quatre février dix huit cent treize.
 
Fait à Paris le 12 Décembre 1818

 

Plusieurs signatures: expéditeur, vérifieur, sous-chef du Bureau, sous-intendant militaire Chef de Bureau, et le secrétaire général du Ministère de la Guerre.

Dans le coin droit en haut, inscription “Transcrit sur les Registres de l’état civil de la Commune de Chézy l’abbaye le 24 janvier 1819...

Dans le coin gauche au bas, tampon à sec ‘MINISTERE DE LA GUERRE’ avec armoirie (trois fleurs-de-lys).

Plis horizontaux et verticaux.

36 x 23 cm.

 

Chézy-sur-Marne est une commune française dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France. En 1791, Chézy-l'Abbaye est devenue Chézy-sur-Marne.

Le 17e régiment d'infanterie légère est un régiment de l'Armée française créé sous la Révolution française. Il se distingue lors des grandes batailles de l'épopée napoléonienne : Ulm, Austerlitz ou Wagram.

Le siège de Dantzig (1813 - Campagne d'Allemagne), était le blocage de la ville éponyme par les troupes russes et prussiennes contre les troupes de la Grande armée de janvier à décembre 1813 pendant la Sixième Coalition.

Dantzig était un grand dépôt avec quantité de vivres, de munitions, de fourrages, d'armes et des magasins d'habillement. De plus, politiquement cette place devait garantir la quiétude des alliés prussiens en tenant cette ville d'importance et éviter leur défection, qui eut quand même lieu plus tard. Il ne faut pas oublier que Napoléon avait en tête de reformer une armée dans les pays de l'arrière pour revenir affronter les coalisés, d'où ce besoin de garder cette ligne de la Vistule, dans ce but Thorn et Varsovie étaient aussi défendue.