1802 Brest Marine, sous commissaire allant à Toulon sur Le Scipion

$170.00 USD

| /

Lettre de 1802 de la part du commissaire de Marine à Brest pour Toulon. Avis que le sous-commissaire Duplessis Ollivaut est en route pour Toulon sur le vaisseau Le Scipion.

Le Scipion participera à la bataille de Trafalgar.
 
MARINE BREST
 
LE COMMISSAIRE DE MARINE chargé de détail du Bureau des Armemens de ce port
Certifie que le Citoyen Duplessis ollivaut Sous-Commissaire de Marine, a été embarqué, daprès l’ordre du Préfet maritime, le 19 messidor an 10 (8 juillet 1802) , comme passager aux frais du Gouvernement à la table du Commandant sur le vaisseau le Scipion parti de Brest pour Toulon le 25 messidor de la même année. (14 juillet 1802)
 
A Brest le 3 frimaire de l’an 11,,, (24 novembre 1802)
 
Le Chef d’Administration
(signature)     (signature)

 

Entête révolutionnaire avec bonnet phrygien..

Tampon ovale ‘armemens’.

Plis verticaux.

19,50 x 14,50

 

Le Scipion est un navire de guerre français (1801-1805), puis britannique (1805-1819). C'est un vaisseau de 74 canons de la classe Téméraire.

Il se trouve sous les ordres du contre-amiral Dumanoir lors de la bataille de Trafalgar.

Dumanoir commande les vaisseaux de l'avant-garde de la flotte franco-espagnole, avec du côté français le Formidable, le Scipion, le Duguay-Trouin, le Mont-Blanc, l’Intrépide et le Neptune.

L'attaque de Nelson laisse ces navires en dehors de la confrontation principale. Dumanoir n'obéit pas immédiatement aux ordres de Villeneuve d'entrer dans la bataille. Lorsqu'ils s'engagent enfin, la plupart des bâtiments ne tirent que quelques coups de canons.

Le 3 novembre 1805, l'amiral britannique Sir Richard Strachan, avec les HMS Caesar, Hero, Courageux, Namur et quatre frégates, capture le reste de l'escadre lors de la bataille du cap Ortegal. Le Scipion est pris par le Phoenix (une frégate de 12) et le Revolutionnaire (une frégate de 18).

 

Maurice Duplessis-Ollivault (1770-1838)

Commissaire de la Marine puis imprimeur-libraire. - Natif de Morlaix (Finistère), fils de Charles-Pierre Duplessis-Ollivault (1741-1803), sous-commissaire de la Marine. Probablement apparenté à Vincent-Jean Ollivault-Duplessis (ou Duplessis-Ollivault), sous-directeur de la fabrication des assignats en 1790. D'abord commissaire de la Marine à Toulon où il se marie en août 1798. Membre de l'académie de Toulon en 1811. Breveté libraire et imprimeur le 20 avril 1824.