1795 Représentant du Peuple PORCHER, réintègre Bexon accusateur public

                          ARRÊTÉ  Liberté Égalité
Le Représentant du Peuple PORCHER, envoyé dans le département du Calvados.
                           Caen 28 thermidor An 3

 

(15 aout 1795 v.s.)

Concerne Bexon, accusateur public près le tribunal criminal militaire de l’armée des côtes de Cherbourg, destitute par le Representant du peuple Lozeau, le 11 floréal dernier (30 avril 1795 v.s.).

Après avoir vu les pétitions et diverses pièces, réintègre Bexon dans ses fonctions.

4 pages.

Papier brunâtre sur le pli, bordures haut et bas.

 

 

Gilles Porcher de Lissonay, comte de Richebourg, né à La Châtre le 22 mars 1752, mort le 10 avril 1824, fut un médecin et homme politique français.

Il est tout d'abord médecin, profession qu'il abandonne à la Révolution. Il en adopte les principes avec beaucoup d'enthousiasme, et est nommé maire de La Châtre en 1790. Il devient député suppléant du département de l'Indre à la législature, où il ne prit point séance

Nommé en septembre 1792 député à la Convention nationale, il se déclare pour l'appel au peuple dans le procès de Louis XVI, et vota par la suite la détention et le bannissement à la paix. Porcher se déclara ensuite pour le sursis à l'exécution. Sans jamais avoir joué de rôle marquant, ce député conventionnel fut toujours employé avec beaucoup d'activité, tant au comité de législation, au nom duquel il fit de fréquents rapports, que dans les départements où il se conduisit d'une manière fort modérée. Ce ne fut guère qu'après le 9 thermidor (27 juillet 1794), qu'il se fit remarquer à la Convention. Il fut envoyé alors dans les départements de l'Ouest, où il fit prendre les mesures qu'avait amené la chute de Robespierre. À son retour en mai 1795, il fit supprimer le tribunal révolutionnaire. Il eût une seconde mission dans le Calvados d'où, par suite du système de bascule qui venait d'être adopté, il dénonça les manœuvres des royalistes aux approches de vendémiaire.