! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

1793 7e Regiment Chasseurs à Cheval, signé généraux Custine et Wimpffen

Beau document avec beaucoup de signatures. Deux des signataires, Custine et Blanchard, perdent leur vie sur l'échafaud durant la Terreur.

 

Nous officier dudit Régiment…d’après l’ordre du Général Custine en date du 10 janvier 1793…faire remplacer au dépens de la république…au Citoyen Royer (Roger?) sous lieutenant …un cheval tué sous lui à l’affaire d’Hochheim…six cent livres en espèces…

A __ 29 Janvier 1793
(signature de six officiers)
Chabrac (?) / Chevieux (?) / Bedée (Jacques-Ignace - Chef-de-Brigade)
Michdon (?) / Montbrun (Louis, future general, tué Moskowa 1812) / De Remcourt

 

Texte d’approbation pour un paiement de six cent livres en numéraire, par '...le Lt Général command. l’armée en l’absence du général en chef'

Mayence 31 janvier 1793 l’an 2 de la république
François Wimpffen (signé, 2 fois)

 

Sur le dos

Texte d’approbation pour un paiement de six cent livres en numéraire, '...par le Citoyen general de l’armée',

Mayence 31 janvier 1793 l’an 2 de la république
Custine † (signé)
 

Texte descriptive du paiement de six cent livres en numéraire au Citoyen Royer, par 'le Commissaire ordonnateur des guerres de l’armée des Vosges',

Fait à Mayence 31 janvier 1793 l’an 2 de la république
Blanchard † (signé)

 

Plis verticaux et horizontaux, quelques endroits brunâtres, papier un peu froissé en endroits.

20 X 32,5 cm 

 

Le ministre de l'intérieur a exposé qu'au mois d'août de l'année dernière le citoyen Roger, officier au 7" régiment de chasseurs à cheval, qui avait été détaché de l'armée du Rhin pour aller à Châlons chercher des chevaux de remonte, ayant profité de cette occasion pour ramener dans l'intérieur sa femme alors enceinte, la laissa chez le citoyen Chalabre, apothicaire; Que, le 8 du même mois d'août, deux bataillons qui passaient par cette ville dévastèrent la maison du citoyen Chalabre, et que, les meubles, effets, bijoux et argent de la femme Roger ayant été compris dans cette dévastation, le citoyen Roger se pourvut pour être indemnisé des effets de sa femme, tous perdus ou réduits en cendre, et en présenta une déclaration dans laquelle le prix de ces effets est porté à la somme de 4,213 livres, dont il a demandé le payement…

Recueil des actes du Comité de salut public: avec la ..., Volume 9

Adam-Philippe, comte de Custine, (1742-1793) est un général de division de la Révolution française.

En septembre 1792 Custine occupe le sud de la Rhénanie avec les villes de Spire, Mayence (21 octobre 1792) et Francfort-sur-le-Main. Il engage alors les négociations avec les Prussiens en vue d’une paix séparée. Elles échouent et les Prussiens reprennent l’offensive en mars 1793. Une garnison de 20 000 hommes résiste dans Mayence assiégée. Custine offre alors sa démission qui est refusée. Custine envoie alors une lettre à l’Assemblée où il laisse entendre que la patrie ne peut être sauvée que par un dictateur et que ce dictateur ne peut être qu’un général. Attaqué par les Jacobins, il obtient cependant de la Convention le commandement en chef des armées réunies du Rhin, du Nord, de la Moselle et des Ardennes avec pour mission la reconquête de la Belgique.

Custine est alors muté à l’armée du Nord le 13 avril 1793. Mais sa vigueur dans la discipline, son indépendance à l’égard de la Convention, ses défaites en Rhénanie, enfin la prise de Condé-sur-Escaut par les Autrichiens le rendent suspect. La chute des Girondins, la dénonciation de Jacques-René Hébert sur des pièces produites par le secrétaire général du ministère de la Guerre, François-Nicolas Vincent, des rapports de Custine avec le haut commandement austro-prussien, entraînent sa convocation à Paris et son arrestation à son arrivée, le 22 juillet 1793. Traduit devant le Tribunal révolutionnaire où son procès est raccourci sur les menaces de Jacques René Hébert et de Robespierre, il est condamné et guillotiné à 51 ans, le 28 août 1793.

François Louis Wimpffen de Bornebourg, né le 2 août 1732 à Minfeld (Deux-Ponts), mort le 24 mai 1800 à Mayence (Allemagne), est un général de division de la Révolution française.

Le 23 novembre 1785, il passe au service de la France avec le grade de colonel d’infanterie, et il est promu général de brigade le 30 juin 1791, dans la 5e division militaire. Il est élevé au grade de général de division le 14 septembre 1792, à l’armée du Rhin, et en novembre 1792, il commande Landau. Le 1er mars 1793, il prend la commandement de la division du centre de l’armée du Rhin, et le 15 mai suivant, il est démis de ses fonctions.

WIKIPEDIA 

BLANCHARD ( Pierre), commiss. ordonnateur des guerres , et grand juge militaire à Arras. En sept. 1791 il fut nommé député du député du Pas-de-Calais à la Législature. Employé ensuite comme commissaire général à l'armée des Vosges, il se trouva à Mayence lorsque cette ville fut assiégée et prise en 1793 par les troupes coalisées. De retour à Paris, il fut impliqué dans les accusations intentées contre Custine, Merlin de Thionville et Rewbel, relativement à la reddition de Mayence. Il fut emprisonné à St. Lazare, et condamné à mort le 8 thermidor an 2 ( la veille de la mort de Robespierre) comme complice de la conspiration des prisons. It était age de 56 ans.

Dictionnaire biographique et historique des hommes marquans de la fin du dix-huitième siècle