! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

1792 lettre signé par Pache et Monge; Aubernon pour commissaire de guerres

$350.00 CAD

Document signé par deux grands personnages de la Révolution française, trois mois après la chute de Louis XVI.

LE CONSEIL EXÉCUTIF PROVISOIRE …entière confiance dans la capacité, expérience, vigilance, bonne conduite, zèle, civisme et fidelité envers la patrie, dont le citoyen Auberon a donné des preuves….de se rendre à Nice pour exercer, sous l’autorité du citoyen _(?)_ commissaire-ordonnateur, les fonctions qui lui sont attribuées près les troupes qui composent l’armée ----------- dont le commandement est confié au citoyen d’Anselme….
Fait à Paris le 25 novembre mil sept cent quatre-vingt-douze l’an première de la république française.
LE CONSEIL EXÉCUTIF PROVISOIRE
Monge
Pache

 

Je crois que le nommé est Philippe Aubernon. Il fut commissaire de querres en 1792 près l’armée des Alpes Maritimes à Nice et devient bientôt le commissaire-ordonnateur. Il contribuera beaucoup en 1795 à la victoire de Louano. Il était à la tête de l’administration de cette armée lorsque Bonaparte vint en prendre le commandement en 1796. Il fit sous ce général les brillantes campagnes de 1796 et 1797.

Pli vertical avec déchirure au bas. Plis horizontaux, une petite déchirure à gauche. Petites rousseurs.

29,50 x 19,50 cm.

 

Jean-Nicolas Pache (1746 -1823), est un homme politique français, actif pendant la Révolution.

Revenu à Paris, peu après la Révolution de 1789, sous l'injonction de Gaspard Monge, Pache occupa avec sa mère et ses deux enfants un appartement dans l'hôtel du maréchal de Castries…

Membre de la section du Luxembourg, il créa en janvier 1792 la société patriotique du Luxembourg où furent reçus ses amis les scientifiques Gaspard Monge...

Jean-Marie Roland le prit comme chef de cabinet dans le premier ministère girondin composé par Dumouriez et accepté par Louis XVI...En juin 1792, il partagea la disgrâce de ces ministres girondins avec lesquels il avait pris ses distances, et retourna à sa section.

En septembre 1792, Jean-Nicolas Pache fut sollicité pour devenir ministre de la Marine, mais il refusa, proposant son ami Gaspard Monge… Le 3 octobre 1792 il fut nommé ministre de la Guerre sur les recommandations de Jean Marie Roland qui le croyait sans doute attaché à sa personne, mais dont il s'écartait de plus en plus en termes d’idées : Mme Roland le lui reprocha amèrement dans ses Mémoires...

 

Gaspard Monge, comte de Péluse (1746-1818) est un mathématicien français dont l'œuvre considérable mêle géométrie descriptive, analyse infinitésimale et géométrie analytique.

La Révolution française, qu'il soutient dès 1789, change complètement le cours de sa vie, alors qu'il est un des scientifiques les plus importants de France. Vraisemblablement vers le mois de juin 1790, il entre dans un premier club modéré, la société patriotique de 1789, située au Palais-Royal. Il devient ensuite membre du Club des Jacobins, où l'on trouve également Robespierre (dont il est proche) et Saint-Just, entre autres révolutionnaires notoires.

Il accepte d'entrer dans la société patriotique du Luxembourg créée par son ami Jean-Nicolas Pache, dans la section des Quatre-Nations, comme l'un des électeurs destinés à nommer les vingt-quatre députés de la Seine. C'est l'un des clubs les plus extrémistes de l'avant-scène révolutionnaire, selon François Perrault.

Le soir du 10 août 1792, il est nommé avec cinq autres personnes (dont Danton) membre du conseil exécutif provisoire. Il occupe dès lors le poste de ministre de la Marine…

Après le début des activités de la Convention le 22 septembre 1792, il conserve son poste de ministre de la Marine dans la Première République naissante…

 

Jacques Bernard Modeste d'Anselme (1740-1814) est un général de la Révolution français.

Général de division employé à l'armée du Midi le 22 mai 1792, il fut nommé commandant en chef de l'armée du Midi le 27 août suivant, mais ne prit pas le commandement. À la tête de 12 à 15 000 hommes, il passa le Var le 28 septembre 1792, et, le lendemain, s'empara du comté de Nice, alors province du royaume de Sardaigne, du fort du mont Alban et du château de Villefranche-sur-Mer, malgré la résistance acharnée des troupes sardes du général niçois Thaon de Revel.

WIKIPEDIA