1791 lettre du maire de Paris Bailly à Pastoret procureur syndic

$151.00 USD

| /

Lettre du fameux maire de Paris Bailly à Pastoret, procureur général syndic du département de Paris sur les dépenses pour les maisons et service du Roi et de la Reine.

Dans 6 semaines, c’est la fuite de la famille Royale à Varennes. Dans un peu plus de deux mois, l’affaire du Champs de Mars. Le 12 novembre 1793 il est guillotiné sur le Champ de Mars: 

BAILLY Jean Sylvain, natif de Paris, âgé de 58 ans, ex constituant et premier maire de Paris, depuis la révolution, domicilié à Melun, département de Seine et Marne, condamné à mort le 20 brumaire an 2, par le tribunal révolutionnaire de Paris, comme conspirateur et comme convaincu d'être l'un des auteurs d'un complot tendant à troubler la tranquillité intérieure de l'état, et par suite à procurer le massacre d'un nombre considérable de citoyens au champ de Mars, le 17 juillet 1791.

 

MUNICIPALITÉ DE PARIS  – Réception des Loix
No. de la Loi 779
  
Paris ce 5 May 1791
  
J’ai reçu, Monsieur, la Lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire, & la Loi numérotée 779,  qui y étoit jointe, relative aux dépenses des Départemens, à celles faites pour les Maisons et service du Roi et de la Reine jusqu’au 1er Juillet 1790. Et à plusieurs autres Dépenses à la charge de l’État.
 
J’en ai fait aussi-tôt l’envoi à M. le Procureur de la Commune, pour en requérir l’enregistrement au Greffe, & m'en certifier la transcription sur les Registres de la Municipalité
 
LA MAIRE DE PARIS
Bailly
 
 M. Pastoret
 
Inclut le Certificat d'exportation. 
Large tache d'eau. Plié en deux sur l'horizontale. 
30,50 x 19,50 cm

Jean Sylvain Bailly, né le 15 septembre 1736 à Paris et mort guillotiné le 12 novembre 1793 à Paris, est un mathématicien, astronome,

littérateur et homme politique français. Il a été le premier maire de Paris

Après l’évasion manquée des 20 et 21 juin 1791 de la famille royale, Bailly veut contenir l’agitation républicaine qui vise à obtenir la déchéance du roi et, à la demande de l’Assemblée, proclame la loi martiale. Le 17 juillet 1791, il ordonne de fusiller tout le monde sur le Champs de Mars. Sa popularité, restée jusque-là à peu près intacte, tombe au plus bas. Le 12 novembre, il démissionne de toutes ses fonctions politiques,

Il  est mis en état d’arrestation en juillet 1793, alors qu’il se trouve à Melun, et placé en détention. Appelé à témoigner lors du procès de Marie-Antoinette, il refuse de le faire à charge et dépose en sa faveur, ce qui le conduit implicitement à sa perte.

WIKIPEDIA