1791 congé Garde de Corps Comte d”Artois, signé Prince d’Hénin (guillotiné)

Document signé deux fois par le noble Charles Alexandre Marc Marcelin d’Alsace de Boussu de Chimay Prince d’Henin et du St. Empire, qui a été guillotiné durant la Révolution à Paris, le 7 juillet 1794.

Jolies armoiries du Comte d’Artois au haut, et du Prince au bas.

Charles Alexandre Marc Marcelin d’Alsace de Boussu de Chimay Prince d’Henin et du St. Empire...maréchal des Armées du Roi, Capitaine des Gardes du Corps de Monseigneur le Comte d’Artois.
 
Certifions que le Sieur joseph d’hebray de poussol, natif de Gourdon en Quercy, a été reçu par Monseigneur le Comte d’Artois Garde de son Corps le vingt huit juin mil sept cent soixante dix huit et qu’il a servi avec honneur…nous lui avons accordé Congé…
 
Fait à Paris le 28 mars 1791
D’alsace pr. d’hénin
Par Monseigneur Caillou
 
“les mot rayés avont été inserés par erreur et c’est moi qui les ai effacés. Paris le 3 avril 1792 D’alsace pr. d’hénin
 
“jusqu’au xre 1787 n’est point placé au controle de 1788” (correction au texte rayé)

 

Plis verticaux et horizontaux. Quelqu’un a mis du scotch sur les plis. Déchirure à droite ( 10cm) sur pli horizontal central. Déchirure au haut sur pli vertical. Plis sur les bords.

 36,50 x 24,50 cm

ALSACE (d') Charles Alexandre Marc Marcelin, (dit Bossu d'Henin), ex prince, capitaine des ci-devant gardes d'Artois, domicilié à Paris, département de la Seine, condamné à mort comme contre-révolutionnaire, le 19 messidor an 2, par le tribunal révolutionnaire de Paris

http://les.guillotines.free.fr/guillo-a.htm

 

Le troisième fils d'Alexandre-Gabriel est Charles-Alexandre-Marc-Marcellin. Né le 17 juin et baptisé le 28 juin 1744 en la paroisse du Coudenberg à Bruxelles, Charles-Alexandre-Marc-Marcellin de Hennin-Liétard, d'Alsace, de Boussu est capitaine des gardes du corps du comte d'Artois est seigneur de la terre et comté de Beaumont. Il prend le titre de prince d'Hennin et épouse madame de Montconseil, fille du marquis de Montconseil, lieutenant général des armées du Roi.

Condamné à mort sous Robespierre, suite à un jugement rendu par le tribunal révolutionnaire siégeant à Paris le 19 messidor an II (7 juillet 1794), il est exécuté le jour même, à l'âge de 50 ans, " convaincu de s'être déclaré ennemi du peuple et de sa souveraineté en conspirant contre sa liberté et sa surêté, provoquant par la révolte des prisons, l'assassinat et tous les moyens possibles, le rétablissement de la royauté ". Ses biens (la terre de Beaumont) sont confisqués au profit de la République.

http://search.arch.be