1790 lettre Charles Louis Victor prince de Broglie Assemblée nationale

$189.00 USD

| /

Lettre écrit en 1790 par Charles Louis Victor prince de Broglie, député à l'Assemblée nationale et colonel du régiment de Bourbonnais.

Il fut guillotiné le 27 juin 1794.

à Paris, ce 27 9bre 1790
 
J’ay l’honneur de vous prier Monsieur, en conséquence de la promesse qu’a bien voulu me faire Monsieur Duportail(1) que j’ay en celui de voir ce jour dernier, de vouloir bien faire expédier #1 la prolongation de congé qui a été demandé par le département de l'Isère en faveur de M. Dubayet(2) Capitaine au Régt. de Bourbonnais et président de ce département. #2 un congé demandé par le Conseil d’administration de même Régiment en faveur de M. de Fariaux Lieutenant en second pour être employé aux Revues et #3 l’envoy de la croix de St Louis obtenu par M. Gaudin, officier du même Corps, à M. Phillippe Lieutenant du Roy de Verdun qui la recevra chevalier de l’ordre.
 
Je vous aurai une véritable obligation, Monsieur, de vouloir bien presser l’expédition de ces trois affaires...
Broglie dépûté
L’assemblée nationale
 
(1) Louis Antoine Jean Le Bègue de Presle Du Portail ministre de la guerre 
(2)  Jean Baptiste Annibal Aubert du Bayet ou Aubert-Dubayet (1757-1797) homme politique et général de la Révolution française. Capitaine régiment du Bourbonnais alors en garnison à Metz…Du 28 août 1791 au 20 septembre 1792, est député indépendant de l’Isère à l'Assemblée nationale législative dont il devient président du 8 juillet 1792 au 22 juillet 1792.

 

Sur le dos

#1 Prol. du 20 9bre 3 mois -----
#2 --- jusq'au pr may
 

Petit manque de papier. légère plis.

21 x 16,50 cm

 

Charles Louis Victor, prince de Broglie, né le 22 septembre 1756 à Paris où il est mort (guillotiné) le 27 juin 1794, est un général et homme politique français.

Il servit aux États-Unis durant la guerre d’indépendance et, à son retour (1788), il fut nommé colonel du régiment de Bourbonnais et chef d’état-major du camp de Metz.

Le 1er avril 1789, le bailliage de Colmar et Schlestadt l’élut député de la noblesse aux états généraux où il défendit constamment la cause du peuple, se réunit au tiers état et vota presque toujours avec la Gauche...

Membre des comités militaire et des rapports, il fut élu secrétaire de l’Assemblée en janvier 1790 et chargé, le 2 mai 1791, de faire un rapport sur les troubles du Midi : il fit licencier par décret la Légion d’Aspe, qui avait provoqué une émeute à Toulouse.

Il donna sa démission après le 10 août 1792, refusant de reconnaître le décret de déchéance porté contre Louis XVI, et se retira à Bourbonne-les-Bains.

Bien qu’il eût protesté de son civisme dans une lettre adressée au Président de l’Assemblée Législative il fut arrêté peu de temps après et enfermé dans les prisons de Langres. Remis en liberté, il voulut rester en France et fut arrêté une seconde fois peu de temps après et traduit devant le Tribunal révolutionnaire, qui le condamna à mort le 26 juin 1794; il fut guillotiné le lendemain.

À la veille de son exécution il recommanda à sa femme de ne pas confondre la Révolution française « avec les monstres qu’elle avait produits » et d’élever ses quatre enfants dans ses principes

WIKIPEDIA

 

Le régiment de Bourbonnais, également appelé régiment de Bourbonnois, est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1597.

    1er janvier 1791 : renommé 13e régiment d'infanterie de ligne

    Colonels et mestres de camp :

    • 1er juillet 1783 : Charles Louis Victor, prince de Broglie