1801 soldat capturé par Anglais, bataille maritime île d'Ouessant 1794

Lettre du Ministre de la Marine Décres que donne le statut d'un soldat qui est embarqué sur la frégate "La Révolutionnaire" en aout 1794, et fait prisonnier de guerre par les Anglais au mois d'octobre (île d'Ouessant). Il retourne en France mai 1799.
 
Le Ministre de la Marine et des Colonies
 
Certifie à tous qu’il apparteindra que le Cen Thomas Guyon a été embarqué au havre, en qualité de volontaire dans le Bataillon de Montargis première réquisition, sur la frégate de la République ‘La Révolutionnaire’, Capt. Thevenard à compter de 21 thermidor An 2 (8 aout 1794), jusqu’au 30 vendémiaire an trois (21 octobre 1794) , que cette frégate a été prise par les Anglais, que le 2 prairial An 7 (21 mai 1799)  il a repassé à --------(manque)--------- arrivée à la disposition des commissaires de guerres de cette place; ainsi qu’il appert de plusieurs certificats déposés au Bureau de l’inscription Maritime
 
A Paris le vingt sept Brumaire(?) an dix (12 novembre 1801)
 
Décres
 
Par le Ministre de la Marine et des Colonies
Le Chef de la 4e Division (signé?)

 

Tampon noir au bas ‘REPUBLIQUE FRANCAISE MINIS— DE LA MARINE ET DES COLONIES

Papier réparé: collé sur papier épais. Pli au centre avec manque d’une ligne de texte. Autres plis horizontaux et verticaux. Petites déchirures. Rousseurs.

35,50 x 23,50 cm

 

 

 

Denis Decrès, (1761 -1820), est un officier de marine et homme politique du Consulat et du Premier Empire.

Préfet maritime à Lorient, il devient ministre de la Marine de 1801 à 1814, vice-amiral, sénateur, grand officier et chef de la 10e cohorte de la Légion d'Honneur en 1804, inspecteur général des côtes de la Méditerranée, grand cordon de la Légion d'honneur en 1805, grand officier de l'Empire en 1806, comte puis duc en 1813. Il décède à Paris, le 7 décembre 1820, des suites des blessures reçues lors de l'incendie criminel de son domicile.

WIKIPEDIA

Le capitaine Thevenard (Alexandre), de la frégate de 44 la Révolutionnaire, se rendant du Havre à Brest, fut chassé pendant la nuit du 21 octobre, et à quelques milles de l'île d'Ouessant, par les frégates anglaises Arethusa, Diamond de 48, capitaines sir Edward Pelew et sir Sidney Smith, Artois de 44, capitaine Edmund Nagle et Galathæa de 40, capitaine Richard Goodwin Keats. La brise était faible du N.-E. Dès que le jour parut, une canonnade de chasse et de retraite s'établit entre la Révolutionnaire et l'Artois; mais lorsque le vaisseau rasé anglais fut à distance convenable, le capitaine Thevenard lança subitement au vent et lui envoya une bordée entière. Cette manœuvre, qui fut sans résultat, permit à l'Artois d'atteindre le travers de dessous le vent de la Révolutionnaire. Le combat continua dans cette position. Une demi-heure plus tard, la Diamond arriva, suivie de près par les 2 autres frégates. Le capitaine Thevenard dut céder à la force: à 10h 30m, il fit amener le pavillon. La Révolutionnaire avait perdu ses vergues de grand hunier et de perroquet de fougue.

Le jury déclara qu'il n'y avait pas lieu à accusation contre le lieutenant de vaisseau Thevenard.

Batailles navales de la France, Volume 2 par O. Troude


Next Previous