1798-1799  huit pamphlets par Garat, membre du Conseil des Anciens

Huit pamphlets (cinq Discours et trois Rapports) de Garat quand il était membre du Corps Législatif - Conseil des Anciens.

Deux pamphlets sont des doubles.

  1. RAPPORT PAR GARAT, sur la résolution qui annule le tribunal du département des Bouches-du-Rhône. Séance 11 nivôse an 7. (31 décembre 1798)  28 pages
  2. DISCOURS PAR GARAT (Président), 2 pluviose An 7 , anniversaire du 21 janvier 1792, & du serment de haine à la royauté & à l’anarchie. (21 janvier 1799) 16 pages
  3. RAPPORT PAR GARAT, sur la résolution relative aux délits de la presse. Séance 23 messidor an 7 (11 juillet 1799) 44 pages
  4. RAPPORT PAR GARAT, sur la résolution relative à l’échange du jeu de paume de Versailles contre un domaine national. Séance 23 fructidor an 7 (9 septembre 1799) 16 pages
  5. DISCOURS PAR GARAT, après la lecture d'un message du Directoire exécutif, qui annonçoit des victories remportés par les armées françaises en Orient, en Helvétie et en Batavie, Séance du 18 vendémaire an 8 (10 octobre 1799) 8 pages X2
  6. DISCOURS PAR GARAT, après la lecture de la résolution sur la présentation au peuple des nouvelles lois fondamentales de la République, Séance du 23 frimaire an 8 (14 décembre 1799) 8 pages  X2

Imprimé A Paris, de l'Imprimerie Nationale.

Rousseurs. Petites déchirures.

21 x 14 cm

 

Dominique Joseph Garat (1749-1833), est un avocat, journaliste, philosophe et homme politique français.

Rédacteur du Mercure de France pour sa partie littéraire, il passe ensuite au Journal de Paris, est élu député aux États généraux de 1789 du Labourd (Pays basque). Le 9 octobre 1792, il remplace Danton au ministère de la Justice, et à ce titre notifie à Louis XVI la sentence de mort (20 janvier 1793) et lui amène un confesseur. Le 22 janvier 1793, il remplace Jean Marie Roland au ministère de l'Intérieur et reste à ce poste jusqu'en août 1793. En octobre 1793, il est arrêté comme girondin, mais rapidement libéré. Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), il vote contre Maximilien de Robespierre. Il est alors chargé du cours d'analyse de l'entendement à l'École normale, puis envoyé ambassadeur à Naples, après le 12 fructidor.

Sous le Directoire, il est élu au Conseil des Anciens (élections de 1799). Après le coup d'État du 18 brumaire (9 novembre 1799), Napoléon Bonaparte le nomme sénateur, et en 1808, comte de l'Empire.

WIKIPEDIA


Next