Insurrection de Paris 26 juin 1848 - laissez passer

             République Francaise
Gardes Nationales du Dept. de la Seine
            État-Major General
Laissez passer avec ses armes le Citoyen Thieullen, substitut de la République à Évreux, pour se rendre dans cette dernière ville où ses fonctions l’appellent.
Paris le 26 juin 1848 six heures 40m du matin
 A.___ (?)

 

Note au bas:

le citoyen étant venu à Paris pour ___ la garde nationale il parait juste de ne pas exiger le prix du retour.
le représentant Ambert

 

Joli tampon circulaire rouge: ‘RÉPUBLIQUE FRANCAISE  GARDES NATles DE LA SEINE  ÉTAT MAJOR GÉNÉRAL'.

Pli horizontal, papier un peu brunâtre en endroits.

13 X 20.5 cm.

 

Les journées insurrectionnelles

23 juin : début de la révolte populaire de Juin par l'établissement des premières barricades, durement réprimée par l'armée menée par le général Cavaignac. Le général Hippolyte-Marie-Guillaume de Rosnyvinen de Piré a fourni le témoignage suivant, inattendu, de l'attitude des insurgés de la barricade de la rue Nationale-Saint-Martin ce jour-là :

« Citoyens représentants, entré le premier à la baïonnette, le 23 juin, dans la barricade de la rue Nationale-Saint-Martin, je me suis vu quelques instants seul au milieu des insurgés animés d'une exaspération indicible. Nous combattions à outrance de part et d'autre ; ils pouvaient me tuer, ils ne l'ont pas fait ! J'étais dans les rangs de la Garde nationale, en grande tenue d'officier général ; ils ont respecté le vétéran d'Austerlitz et de Waterloo ! Le souvenir de leur générosité ne s'effacera jamais de ma mémoire... Je les ai combattu à mort, je les ai vus braves Français qu'ils sont ; encore une fois, ils ont épargné ma vie ; ils sont vaincus, malheureux, je leur dois le partage de mon pain... Advienne que pourra ! »

24 juin : le Panthéon de Paris est un des centres de l'insurrection. Plus de 1 500 insurgés s'y sont réfugiés. Ils sont délogés par le colonel Henri-Georges Boulay de la Meurthe à la tête d'un régiment de la garde républicaine.Le général Damesme sera mortellement blessé lors de ces combats.

25 juin : Monseigneur Affre, archevêque de Paris, est mortellement blessé sur les barricades. Le général Bréa est tué par les insurgés à la barrière d'Italie.

26 juin : fin de la révolte avec la chute de la dernière barricade, située faubourg Saint-Antoine. Ces journées révolutionnaires ont fait environ 4 000 morts du côté des insurgés, et 4 000 prisonniers sont déportés en Algérie. L'Assemblée décide de poursuites à l'égard de Louis Blanc.

28 juin : l'Assemblée remercie le général Cavaignac en le nommant chef du pouvoir exécutif.

3 juillet : dissolution des Ateliers nationaux.

27 juillet : à la suite de la répression des journées de Juin, l’Assemblée restreint l'activité des Clubs et y interdit la participation des femmes et des enfants.

28 juillet : Loi sur les clubs

 

Jean-Baptiste Thieullen est un homme politique français né le 30 novembre 1789 à Rouen (Seine-Maritime) et décédé le 7 janvier 1862 à Paris.

Fils d'un magistrat, créé baron d'Empire, il entre au Conseil d’État en 1811, puis prend plusieurs postes de sous-préfet, à Caen, Corbeil, Dieppe et Saint-Pol. Écarté par le gouvernement Villèle, il reprend du service avec la monarchie de Juillet, comme préfet des Côtes-du-Nord de 1830 à 1848. Devenu conseiller général sous la deuxième République, il est élu député des Côtes-du-Nord en 1849 et siège à droite. Rallié à l'Empire, il est réélu député en 1852, puis nommé sénateur en 1853.

 

Joachim Ambert, de son nom complet Joachim Marie Jean-Jacques Alexandre Jules Ambert, dit le général baron Ambert, né le 8 février 1804 au château de Lagrezette, à Caillac, dans le Lot, mort le 31 mars 1890 à Paris, 6e, 13 rue Jacob est un général et écrivain militaire français, ancien représentant, et fils du général de la République Jean-Jacques Ambert. 

Il avait fait partie, en 1848, de l'Assemblée constituante, comme représentant du Lot, qui l'avait élu, le cinquième sur huit, et qui le renvoya, en 1849, à la Législative.

WIKIPEDIA