! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

1918 photo Guerre 14-18 Bombardement de Paris Hôpital Claude Bernard

$22.50 CAD

Photo d'une infirmière sur la rue, devant une section endommagée d'Hôpital Claude-Bernard à Aubervilliers (Paris Nord).

Ecrit sur le dos:

'Bombardement de Paris par des avions allemands 11 au 12 de Mars 1918    Hôpital Claude-Bernard à Aubervilliers un baraquement'

Tampon 'SECTION PHOTOGRAPHIQUE DE L'ARMÉE' dans l'ovale,
et texte  'Reproduction interdite Le Chef de la Section photographique de l'armée'

Papier un peu  'courbé'.

13 x 17,50  cm

(Texte rouge est un filigrane électronique, qui n’est pas sur la photo en vente)

...Bientôt les alertes devenaient plus tragiques: le 11 mars , à 22 h , à l'hôpital Claude Bernard, 2 bombes d'avion tombaient sur le pavillon Jenner, en bordure du chemin de ronde, détruisant 4 chambres d'isolement et démolissant le reste du service, il y eu 6 morts et 10 blessés: parmi les morts , 1 éléve en médecine faisant fonction d'interne, M. David, qui reçut la légion d'honneur; 2 filles de services: Melle Le Dantec et Le Trocquer; Parmi les blessés on compte 4 infirmières ou fille de service...

http://pages14-18.mesdiscussions.net/

C’est en 1915 que les autorités civiles et militaires françaises décident de mettre en place un service dévolu à produire des photographies de guerre officielles : la section photographique de l’armée (SPA). Sa mission est de répondre à la propagande ennemie par l’image exercée en direction des pays neutres. Son objectif inavoué est de contrôler la production d’images fixes en France en les produisant elle-même. À compter du moment où l’image est reconnue comme une nécessité d’État, les autorités s’imposent d’en contrôler toutes les étapes ; choix des sujets, formation et encadrement strict des reporters militaires, mise en place d’un comité de censure spécial. Cette section est un nouvel outil de l’appareil politique français qui s’en approprie toute la puissance. L’image est intégrée dorénavant au discours généralisé de la propagande. 

www.cairn.info