! COVID-19: Expect longer shipping times // Attendez-vous à des délais de livraison

Guerre 1870, trois dessins au crayon, soldats près Château d'Issy

$100.00 CAD

Dessins du 5e bataillon des gardes mobiles de la Seine dans le bois de Clamart (près Château d'Issy) et dessin d'une place forte (Château d'Issy?)

Dessins au crayon, je crois que tous les trois sont de le même artiste. Un est attribué à Jean Bry, deux sont datés fin décembre 1870. 

Les trois dessins sont collés sur papier plus épais.

 

 Dessin #1 - 23 décembre 1870

(23 décembre 1870) Les mobiles du 5em Bllon transportant leur capitaine blessé mortellement (bois de Clamart)

Troupe de soldats en marche dans un forêt, un blessé dans une civière, un autre porté par ses camarades.

Taches 4 coins (sort d'un album?).

16,50 x 23,50 cm.

 

Dessin #2 - 25 décembre (1870?)

25 décembre

Plusieurs soldats dans un forêt.

Taches 4 coins (sort d'un album?).

10 x 23,50 cm.

 

Dessin #3 - sans date (1870?)

Dessin de Jean Bry” en rouge sur le papier épais. Sans lieux, place forte...Château d'Issy?

Soldat en guet dans une place forte, près d'un forêt et petit village.

Papier froissé les deux coins du haut, coin bas gauche. Déchirure bord bas droit.

30,50 x 24 cm.

 

 

22 Décembre 1870. Aux avant postes à Clamart

GARDE NATONALE MOBILE

2e Régiment provisoire (Seine)

Guyonnet-Colville (J.-B.-L.)  Capitaine, blessé, mort le 25.

État nominatif, par affaires et par corps, des officiers tués ou blessés dans la deuxième partie de la campagne (du 15 septembre 1870 au 12 février 1871) MARTINIEN

 

SAMEDI, 24 décembre 1870. - RAPPORT MILITAIRE: 23 décembre. Les nuits qui ont suivi l'attaque du 21 ont été rudes pour nos soldats; le froid le plus intense n'a cependant pas arrêté nos efforts. On a travaillé activement à abriter les troupes contre les coups de l'ennemi, et, si les tranchées ouvertes n'ont pas été terminées aussi promptement qu'on pouvait s'y attendre, cela tient à l'effet d'une gelée intense qui a durci la terre et en a rendu le maniement plus difficile. Le 22 décembre, le commandant du fort d'Issy a envoyé une forte reconnaissance dans les bois de Clamart. Elle a été brillamment exécutée par huit compagnies de gardes mobiles de la Seine: (4e et 5e bataillons) sous les ordres du chef de bataillon Delclos, du 5e bataillon. L'ennemi a eu un nombre assez considérable de tués et blessés; de notre côté, les pertes, quoique légères, ont été sensibles...Sur tous les points où nos troupes ont été engagées, elles ont rempli leur devoir avec le dévouement que l'on pouvait attendre d'elles.

LETTRE-JOURNAL DE PARIS Gazette des Absents No. 20 Mercredi 28 Decembre 1870

Au cours des années 1870- 71, Paris doit supporter deux sièges successifs : le premier par les Prussiens – dans le cadre de la Guerre contre la Prusse (septembre 1870 – janvier 1871), le second par l’Armée régulière de Versailles – dans le cadre de la Commune insurrectionnelle de Paris (mars – mai 1871).

Dans les deux cas, la clé pour entrer dans la capitale est le Fort d’Issy, qui couvre la partie la plus faible de l’enceinte, au Point du Jour. Aussi dans les deux cas, les défenseurs parisiens viennent à Issy et éventuellement (notamment pendant la Commune) ils l’occupent en partie.

Par ailleurs, pour les assiégeants, une des voies d’accès au Fort les plus faciles passe par Les Moulineaux, puis par le coteau à travers le parc du château. Ces lieux deviennent donc le théâtre de différents combats.

WIKIPEDIA