1813 ordre de route pour un chirugien sous aide, Armée d’Illyrie

Administration de la Guerre – Bureau du Personnel
 
Ordonne au Sr _(??)_ / Claude nommé le vingt un janvier 1813 pour être attaché en qualité de chirugien sous aide, à l’armée d’Illyrie de partir de Paris pour se rendre sur-le-champ à Trieste ou il devra être arrivé le cing mars prochain…une somme de deux francs cinquante centimes par journée d’étape. A son arrivée il se présentera à Mr l’ordonnateur en chef de la dite armée.
 
Paris le 28 janvier 1813
(Signé) Comte de Cessac
+--
-u par nous Commissaire commandant en chef Trieste le 11 mars 1813 Aubernon (signé)
 
Porte sur le controle des chirugiens de l’armée d’Illyrie le 11 mars 1813 Vial ch. (chirurgien) en chef ff (signé)
 

Tampon ‘Commissaire Ordonnateur en Chef’.

Plis horizontals et verticals. Réparation des plis (papier collé sur le dos). Petites déchirures.  Salissures / rousseurs.

21 x 30,5 cm

 

Jean-Girard ou Jean-Gérard Lacuée, comte de Cessac, né au château de Lamassas près de Hautefage-la-Tour dans l'arrondissement d'Agen (Lot-et-Garonne) le 4 novembre 1752 et mort à Paris le 14 juin 1841 (à 88 ans), est un militaire et homme politique français, ministre de l'administration de la guerre sous Napoléon et pair de France.

Il le nomme ministre d'État à vie le 5 novembre 1807, le crée comte de Cessac le 26 avril 1808 et le fait grand aigle (Grand Croix) de la Légion d'Honneur le 2 février 1809.

Le 3 janvier 1810, Napoléon le nomme ministre directeur de l'Administration de la Guerre, poste qui lui attire l'inimitié de tous ceux qui auraient voulu lui voir tolérer les dilapidations auxquelles donnaient lieu les fournitures et les dépenses matérielles de l'armée ; il sévit avec rigueur contre les coupables.

Il s'oppose à plusieurs reprises, à la guerre contre la Russie, cependant, en 1813, estimant qu'on ne peut continuer la guerre à laquelle il s'est opposé sans affaiblir la sévérité des règles qu'il a établies dans l'administration, il sollicite sa démission ; le comte Daru le remplace.

WIKIPEDIA

Philippe Aubernon (1757-1832)

Fils de Joseph Aubernon, premier consul de la ville d'Antibes. Membre de la loge maçonnique d'Antibes avant la Révolution, administrateur municipal d'Antibes, (1791), commissaire des Guerres de l'armée des Alpes, (1792), commissaire ordonnateur des armées, fait la campagne de Gênes avec Masséna, puis la campagne d'Italie avec Bonaparte.

Sous l'Empire, un des 550 plus imposés du Var, est commissaire ordonnateur en chef du 2e Corps de la Grande Armée, de l’armée de Dalmatie, du 11e Corps de la Grande Armée, de l’armée d’Illyrie, inspecteur aux revues de la première division militaire ; retraité le 1er août 1815. Commandeur de la Légion d’honneur

http://napoleon-monuments.eu