1785 quittance du Duc de Fitz-James pour Baron Montboissier, rente perpetuelle

 VENDU

Je soussigné au nom et comme fondé de la procuration de Monsieur Le Duc de Fitzjames reconnais avoir reçu de Monsieur le Baron de Montboissier par les mains de Mr Boutin Tsr Général de la Marine la somme de quatre cent livres pour six mois échus le premier du présent mois de juillet a cause de huit cent livres de rente perpetuelle et constituée qu'il doit à mon Seigneur Duc de Fitzjames dont quittance sans préjudice du titre nouvel qui est du. A Paris ce 14 juillet mil sept cent quatre vint cinq.

Carré

22 x 17 cm.

 

Charles de Fitz-James (° 4 novembre 1712 - Saint-Germain-en-Laye † 22 mars 1787 - en son hôtel parisien), duc de Fitz-James, était un militaire français du xviiie siècle, pair et maréchal de France.

Charles de Fitz-James était fils du maréchal de Berwick et petit-fils de Jacques II Stuart, roi d'Angleterre. Né le 4 novembre 1712, et connu d'abord sous le nom de « comte de Fitz-James », il n'avait que dix-sept ans, lorsque, sur la démission du comte Henri de Fitz-James, son frère aîné, et après que François de Fitz-James, son autre frère, eut embrassé l'état ecclésiastique.

Charles Philippe Simon, baron de Montboissier-Beaufort-Canillac (30 octobre 1750, Paris - 1er octobre 1802, Vienne) est un général et homme politique français.

Neveu de Philippe-Claude de Montboissier-Beaufort-Canillac, il embrasse la carrière des armes, et commanda pendant quelques années le régiment Royal-Vaisseaux.

Il était maréchal de camp quand il fut élu, le 21 mars 1789, député de la noblesse aux États généraux par le bailliage de Chartres. Il protesta contre le vote par tête et donna sa démission le 18 juillet 1791 après le retour de Varennes, émigra dans l'Armée des princes, et mourut à l'étranger.

Charles Robert Boutin, dit Boutin de La Coulommière, est un grand commis et financier français du xviiie siècle né le 10 février 1722 et mort après l'an IV.

Il fut nommé conseiller d'État de semestre le 23 août 1775 puis ordinaire le 3 juin 1785.

En 1777, la réforme de Necker lui enleva une nouvelle fois son office d'intendant des finances mais il fut appelé au Conseil royal des finances de 1777 à 1787.

WIKIPEDIA