1799 lettre de Fouché Ministre Police Générale sur prise d’otages

Le Ministre Fouché envoie un circulaire aux Administreurs du Département du Haut Rhin qui leur donne l’autorité de prendre des otages dans leurs environs ‘qui sont dans le cas de troubles imminents’.

La Loi des otages (24 messidor an VII ) est votée en 1799 par le conseil des Cinq-Cents et le conseil des Anciens, effrayés par les succès des ennemis de l'extérieur, craignant des soulèvements à l'intérieur de la France (que les rapports de police signalent comme probables).

 

Lettre en date du 9 Fructidor An 7 (26 aout 1799). Fouché est devenu Ministre le mois précédent, soit le 20 juillet 1799. Dans moins de trois mois, il fait partie du Coup d’État du 18 Brumaire, qui marqua la fin du Directoire, et le début du Consulat (Napoléon).

Envoyé à l’administration du Départment du Haut Rhin à Colmar.

Paris, le 9 fructidor An 7e de la Republique
Le Ministre de la Police générale
 
A L’Administration Central de Dépt. d___
Vous êtes autorisés, Citoyens, par l’arrêté de la loi du 24 Messidor dernier, à prendre provisoirement des otages dans les communes et cantons de votre arrondissement qui sont dans le cas de troubles imminents, sauf à en rendre compete dans les 24 heures, au Directoire exécutif.
Cette mesure n’étant que provisoire, et devant être soumise au Corps Législatif, il est infiniment essentiel que les noms des communes, ou cantons, auxquels vous avez en devoir l’appliquer, soient écrites, dans vos lettres d’arrêt, d’une manière très lisible. J’appelle toute votre attention sur cet objet
 
Salut et Fraternité
Fouché (signé)
 

En haut à gauche, quelques lignes écrites par les administrateurs.

Tampons rouges ‘M’tre de la police g’le’, ‘AFFRANCHI---‘ et ovale ‘---POLICE GENERAL---

4 pages, 1 imprimée.

Plié pour former une enveloppe. Rousseurs sur bord, en bas à gauche. 

23,50 x 18 cm

Joseph Fouché

Joseph Fouché, dit Fouché de Nantes, duc d'Otrante, comte Fouché, est un homme politique français, né le 21 mai 1759 au Pellerin près de Nantes et mort le 26 décembre 1820 à Trieste. Il est particulièrement connu pour la férocité avec laquelle, durant la Révolution, il réprima l'insurrection lyonnaise en 1793 et pour avoir été ministre de la Police sous le Directoire, le Consulat et l'Empire.

Il devient ministre de la Police le 2 thermidor an VIII (20 juillet 1799). Il déploie dans ce poste une grande activité, ainsi qu'une sagacité rare, et rend service à Napoléon Bonaparte lors du coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), ne prenant aucune mesure contre lui.


Next Previous